Celui avec une filature touristique

Derrière un pilier, Plaça ReialExpérience n°7 de mon « Guide du Voyage Expérimental » : « Énoncé : Comme son ombre ». Ce voyage est directement inspiré de Sophie Calle. Lorsqu’elle est revenue à Paris après une longue absence, elle s’est mise à suivre des inconnus au hasard afin de redécouvrir sa ville. Elle s’est aussi faite suivre par un détective privé (« Filature ») et a eu aussi quelques petits soucis après être allé un peu loin (son feuilleton publié dans Libération)

Mon objectif est ici une petite visite touristique, non pas en suivant un guide locale, mais des touristes étrangers. Pour cela, je me suis fixé un rdv sur la Rambla, plus exactement la mosaïque de Miro, mardi à 12h30.

Je suis un peu en retard pour 12h30, je reporte le rdv à 1h. L’avantage de ne rencontrer personne en particulier est de ne pas avoir à les prévenir ! Dans le métro certains groupes me font envie mais ce n’est pas avec eux que j’ai fixé mon rdv.

Je les attends. Beaucoup de monde passe. Ah 1h pile, je vois un couple de retraités passer. Ils se tiennent la main. Je les suis en remontant la Ramblas.

J’aurais dû m’en douter, il est 13h, ils vont au marché de la Boqueria. J’ai déjà mangé et le bain de foule ne me tente pas du tout. Ils ne me demandent pas mon avis. L’homme et la femme semblent comme intimidés, un peu perdus. Ils n’osent pas rentrer et s’attardent à l’entrée, au stand de charcuterie. Je m’inquiète pour eux : ils ont des sacs à dos ! La proie idéale des pickpockets ! Heureusement, ils les mettent sur le côté en rentrant dans le marché. Ils ne se parlent pas, n’achètent rien et ne semblent pas prendre beaucoup de plaisir à la visite. Les suivre dans le marché est assez facile : il y a beaucoup de monde, ils sont intéressés par autre chose et j’ai mois aussi plein d’excuses pour être ici. Après avoir fait le tour, ils reviennent à l’entrée. Sans que je comprenne ce qu’il se passe, la femme que je suivais a été remplacée par une autre aux côté de l’homme. Ils sont en fait avec un couple d’amis ! Je me dis que ce n’est pas forcément 4 fois plus de chance de me faire remarquer : plus on est, moins on a tendance à regarder les gens autour. Leurs mines semblent plus heureuses maintenant. Malheureusement pour moi, ils recommencent du coup un tour de la Boqueria. Ils s’arrêtent aux stands de charcuteries et à la boulangerie. Ils y achètent une baguette, des français ? Pendant qu’ils rentrent dans une épicerie, j’en profite pour répondre à l’appel d’un glacier qui m’offre une cuillère de glace mangue. Ils finissent par sortir de la Boqueria par l’arrière : petite rue déserte. J’essaie d’être discrète et de rester en retrait.

–> Plus de leurs photos de la Boqueria dans la gallerie, en bas de l’article.

Ils descendent jusqu’à la rue Hospital et on arrive à cette petite église dans le Raval. Je continue à prendre de la distance, il n’y a vraiment pas grand monde. Je me fais bousculer par un anglophone. Il s’arrête devant un groupe de jeunes SDF (?), leur donne un billet puis leur propose des pièces pour une bière. Je suis intriguée, j’aimerais rester pour savoir ce qu’il va se passer, mais j’ai autre chose à faire. C’est à ce moment que je me rends compte que je ne vois plus mes touristes. J’arrive à l’intersection, les retrouves, mais j’ai mis de la distance. Ils reprennent la Rambla. J’essaie de les rattraper. Il y a vraiment beaucoup de monde. Je ne les vois plus.

Je me sens vraiment pas douée pour avoir perdue un groupe de 4 retraités en moins d’une heure. Je continue à les chercher dans les rues adjacentes. Je me rends à l’évidence que je les ai bien perdus. Je décide de me diriger vers la Plaça Real pour écrire. Il y a beaucoup de gens habillés en blanc et vert. Un match avec l’Irlande ? Soudain je les vois ! Ils sont assis à la fontaine en train de manger leurs trouvailles ! (Remarquez les 4 ombres noires sur la photo). Je ne sais pas comment j’ai pu ne pas y penser : c’est ce que j’aurais fais moi aussi ! Plutôt que de les chercher dans les rues proches, il fallait que je demande ce que eux pouvaient bien rechercher. C’est l’endroit le plus courant pour s’assoir après la Boqueria, sur la gauche de La Rambla quand on la descend. On est dans le quartier Gotique. J’écris assise sur le rebord de la fontaine de la place. Le seul endroit agréable quand on ne veut pas aller sur les terrasses. Il y a bien des bancs sur cette rue mais ils sont individuels et suffisamment espacés pour qu’on ne puisse pas se parler. Il y a de l’ambiance. Les supporters irlandais chantent en tapant sur les tables. Mes touristes font un tour des restaus de la place.

On quitte la Plaça Real. Il est 14h20. Le groupe se dirige dans une petite rue sombre et étroite… et s’arrête brusquement. Je suis ridicule : ne sachant pas quoi faire, j’attends dans l’ombre d’un pilier. Ils passent un temps fou. On reprend le chemin vers la calle Ferran, très commerciale et bondée de touristes. Il faut sans cesse alterner entre distance, marche rapide et arrêt dans des magasins en cas de pause. On passe par la Plaça Sant Jaume. Puis on continue dans le quartier « El Born ». Direction : la Plaça Santa maria Del Mar, où ils s’arrêtent à un bar. C’est la première fois que je viens ici. L’église Santa Maria Del Mar, juste devant, est paraît-il très belle*. En tout cas elle semble plus appréciée par les barcelonais que la Cathédrale. Je regrette de ne plus avoir de batterie pour mon appareil photo. Même si mes touristes vont dans des endroits touristiques, ils semblent bien connaître la ville. Je pense que ce n’est pas la première fois qu’ils viennent : ils ne sortent jamais leurs plans et s’intéresse davantage aux restaus qu’à leurs itinéraire.

On reprend le trajet pour s’arrêter pas très loin : Plaça Del Palau… à nouveaux dans un bar. C’est une très grande place pas très belle et avec beaucoup de voitures. Je trouve un banc pour m’assoir mais je n’ai aucune vue pour vérifier s’ils partent du bar. Le café était-il si mauvais dans l’autre ? Je change de banc, je suis maintenant à côté d’un homme qui fume la pipe. Je me demande s’ils m’ont remarqué et je pense à toutes ces photos de touristes où je dois apparaître : au coin d’une place, à côté d’un groupe… Je me suis déjà fait suivre mais j’avais plus peur de me faire agresser que pour ma vie privée. Il est 15h15. Ça fait déjà un moment que j’attends. Le bar ressemble finalement à une pizzéria, ce qu’ils cherchaient tout à l’heure. Finalement, ils sont peut être à l’heure espagnole.

Il est 15h30. Ils sont toujours là, je commence à me demander où est ce que je pourrais prendre un métro. J’ai apprécié le tour qu’ils m’ont fait faire. Je connaissais peu le Gotic et le Born et j’aimerais maintenant vraiment mieux le connaître. Je leur esquisse un signe d’au revoir (en espérant qu’ils ne le voient pas) et je m’en vais.

* Visitée juste après : elle vaut vraiment le détour. Je ne suis pas une fan des églises gothiques mais le gothique catalan semble ne prendre que les avantages !🙂

 

5 réflexions sur “Celui avec une filature touristique

  1. amusant cette idée de filature………j’y penserai à mon prochain séjour à Barcelone (février 2013)………en octobre 2013, j’irai certainement aussi à la fête de la gastronomie catalane………..une ville que l’on ne cesse de découvrir autrement………..surtout seule ……….

    • Merci Vanitas. Tu restes donc longtemps à Barcelone ? En tout cas la fête de la gastronomie était bien sympa🙂 et je suis bien d’accord que Barcelone a beaucoup de chose à faire découvrir ! (même seule !)

  2. Pingback: Celui avec la touriste Wonder Woman | Barcelone EXperimental

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s