Celui où on fouille les poubelles de Barcelone – The one where we rummage through Barcelona’s garbage cans

Poubelles de Barcelone

Quand je suis revenue en France, on m’a demandé si la crise se voyait beaucoup à Barcelone. Ma réponse est : OUI. A partir de ce moment-là on ne veut souvent plus me croire.

Ce qui m’a le plus choquée c’est les gens qui fouillent les poubelles. Je veux dire : tout le monde, partout, tout le temps !

When I came back to France, I was asked if the crisis was very visible in Barcelona. My answer is YES. At this moment people don’t believe me. What shocking me the most is people who rummage through garbage cans. I mean : everyone, everywhere, all the time !

L’an dernier, un de mes professeurs de Marketing, disait « Partez en Grèce ! partez dans ces pays en crise, vous allez-voir comment ils s’adaptent, parce que ça arrive bientôt en France ! »

Donc français, arrêtez de me lire avec ce froncement de sourcil et de penser « moi, faire les poubelles ? Jamais voyons ! » et continuons cet article.

Last year, one of my Marketing’s teachers said, « Go in Greece ! go to live and work in these countries in crisis. You will see how they manage with, because it is coming soon in France !  » So, stop reading me with this frown and stop to think « me rummage through garbage ? Never ! » Now, we can continue this article.

J’ai fais une typologie de personnes. Petit à petit, j’ai compris que je regroupais à peu près tous les barcelonais.

I do a classification of persons. Gradually, I realized that it was near to all Barcelonés (people from Barcelona).

Les « travailleurs », les poubelles : une mine d’or

Workers, garbage : a gold mine

  • Les chercheurs de ferraille (chatarra) :

Chercher la ferraille à BarceloneLes plus évidents quand on se balade dans les rues de Barcelone. La plupart sont des hommes d’âge moyen venus d’Afrique. Ils poussent des caddies cherchant la ferraille dans les conteneurs. C’est étonnant tout ce qu’ils peuvent trouver. Je vois aussi, rarement, des jeunes adolescents et des femmes. Parait-il que certains auraient des clés monseigneur au fond du caddie qui leurs permettraient de choper quelques vélos et de les revendre au prix de la ferraille. Ils s’intéressent aussi aux câbles pour en récupérer le cuivre. Avec la crise, la condition des émigrés s’est beaucoup dégrader.

Metal scavenging :

The most obvious when you walk in the streets of Barcelona. Most are middle-aged men from Africa, sub-Saharan. They push shopping carts looking for scrap iron in containers. It’s amazing sometimes what they can find ! I see also, rarely, teenagers and women. It seems that some would have Crowbar in the cart that would allow them to pinch a few bikes and sell them at scrap prices. They are also interested in cables to recover copper.

  • Les collecteurs de papiers :

Un caddie remplis de paperasse ! 

Papers collectors

  • Les tsiganes :

Plutôt en groupe, ils garent un camion à côté des conteneurs et se font la courte échelle pour y grimper à l’intérieur.

Tzigane

Contener Barcelone

  • Les entreposeurs :

Ceux-là ce sont les petits vendeurs de rues. Les poubelles sont pour eux des minis coffres forts. Ils y entreposent leurs canettes de bières, coca-cola et parfois leurs petits sachets de drogue. D’autres fois ils préfèrent les plaques d’égouts ou les trous des barrières, mais les poubelles c’est quand même le must-have.

Warehousemen:

Those are street vendors. Bins are for them strong-box. They store in their cans of beer, cola and sometimes their little bags of drugs. Other times they prefer manhole cover, but garbage is still a must-have !

Poubelles à Barcelone

Les poubelles : un grand frigo

Garbage : a big fridge

  • Les individuels :  

Tu suis quelqu’un dans le métro/la rue, on passe devant une poubelle, la personne jette un œil et soudain s’arrête pour y plonger la main, le bras ou la tête. Le plus triste ce sont les personnes âgées, et c’est souvent le cas.  J’ai aussi vu un handicapé en fauteuil roulant dans un des tronçons chic de l’Eixample, contourner une poubelle, et se débrouiller pour y plonger son bras. Une boîte d’hamburger promettant peut être un reste ? Une canette ? Un journal ?  

Individual :

You follow someone in the subway/street, you pass a trash can. The person glances and sudden stops to dip the hand, arm or head in the bin. The saddest are the elderly. I also saw a wheelchair bound in a chic sections of the Eixample,  bypass a bin, and manage to plunge his arm. A hamburger promising a food rest ? A can ? A newspaper ?

  • Freegan, gratuivorisme, déchétarisme : faire les poubelles par conviction (reciclaje o reciclaje de comidad) :

Banque d'Espagne Plaça Catalunya

Coucou, je suis un énorme bâtiment sur la plus grande place de Barcelone et je suis vide depuis très longtemps.

Dans la même veine mais en plus organisés. Ils se nourrissent majoritairement des restes des poubelles  des supermarchés, boulangerie et marchés.

Anti-consuméristes, à Barcelone, ils sont aussi dans des mouvements  anarchistes ou okupas (squats).

Les problèmes de logement sont très important à Barcelone. C’est toujours dingue de voir tous ces bâtiments et maisons vides, et de l’autre toutes ces personnes cherchant un porche, l’intérieur d’une banque où s’enfermer, ou un amas de carton  pour dormir tranquillement. Je les retrouve aux mêmes endroits au fil du temps. Beaucoup de squat sont ouverts. Comme je l’expliquais rapidement dans cet article sur un squat potager, ici les squat sont aussi des groupes sociaux, ouverts sur l’extérieur et aidé par leurs voisins. Il y a souvent des activités qui y sont organisés (conférences, films, cours de yoga…)

Dumpster, freegan

Along the same lines, but more organized,  they mainly feed on scraps of supermarket’s garbage. Anti-consumerist, in the Barcelona way, they are also in anarchist movements or okupas (squats).

Housing issues are very important in Barcelona. It’s always crazy to see all these empty houses and buildings, and all these people looking for a porch, the inside of a bank where they can lock, or a pile of cardboard to sleep peacefully.  Most of the squat are « open ». As I explained quickly in an other article  about a kitchen garden/squat, squat here are also social groups, open to the outside and helped by their neighbors. There are often activities which are organized there (lectures, movies…)

Vous ne vous sentez pas encore concerné ? Je termine :

You do not feel concerned ? I conclude :

  • Les shoppeurs :

Des petits tas de vêtements et chaussures sont placés sur les conteneurs ou dans la rue. Prude française, je n’y regarde pas encore, mais mes amies s’arrêtent souvent pour faire leur petit marché🙂 Et hop ! Une nouvelle paire de chaussure et un t-shirt !

The shoppers:

Small pile of clothes and shoes are placed on the container or on the street. French prude, I do not watch it yet, but my friends often stop to do their small market🙂 Hop ! A new pair of shoes and a t-shirt!

  • Les ordures ? Ta prochaine décoration d’intérieur :

Appart' barcelonaisLes poubelles de ton quartier c’est un peu le Ikea barcelonais en fait. La plupart des meubles des collocations sont trouvés

en bas de chez soi. Lorsque tu déménage, tu fais de même : tout est laissé dans la rue, et les gens se servent petit à petit. Parfois tu te demandes d’où viennent tes assiettes… !

Renters of Barcelona’s flat

Garbage in your neighborhood is a bit Barcelona Ikea actually. Most furniture collocations are found at the bottom of home. When you move, you do the same: everything is left in the street, and people

take little by little. Sometimes you wonder where your plates come from … !

Et finalement, même la police ! :

Hé oui… c’est là qu’ils retrouvent les sacs volés des touristes. Il paraît que la plupart des temps, les papiers d’identité y sont laissé.

And finally, even the police ! :

Yep … that’s where they found the stolen bags of tourists. It seems that most of the time, the identity papers are left in bags.

Cette fouille est assez régulière. Je me souviens cet hiver avoir jeté à la poubelle, dans un sac plastique, un beau ballon rouge d’hélium. 1h plus tard, le voici gentiment attaché à une gouttière au coin de ma rue !

Finalement, les poubelles me semblent de plus en plus des boîtes aux lettres où on met ce que l’on veut et si quelqu’un est intéressé se sert. Tout ce recyclage fais de Barcelone une ville très propre d’ailleurs…

Je sais que mon titre et le sujet n’est pas très sexy. Merci si vous avez lu cet article sur un sujet qui est je trouve intéressant, mais que vous ne verrez jamais abordé dans votre guide de voyage. Et vous vous voyez souvent des gens faire les poubelles ? Vous seriez prêt à y récupérer des vêtements ? Jeter des aliments en bon état vous semble une absurdité ? Vous pensez que j’ai oublié une catégorie ?

++ ~ Mes sources

Le symbole des coupe budgétaire : ce petit ciseau que vous trouverez partout

« Avec la crise qui sévit en Europe et partout dans le monde, les émigrés éprouvent d’énormes difficultés pour s’en sortir. (…) La plupart de ceux qui sont restés sans travail vivent dans des conditions extrêmes difficiles. Je le dis en connaissance de cause pour avoir vécu à Barcelone durant plusieurs années. (…) Beaucoup d’entre eux sillonnent les rues de Barcelone et autres agglomérations avec un chariot, parcourant les poubelles a la recherche d’objets ou de la ferraille a revendre.(…) Beaucoup d’entre eux préfèrent vivre dans cette misère que de rentrer au pays les mains presque vides (…) »

 

13 réflexions sur “Celui où on fouille les poubelles de Barcelone – The one where we rummage through Barcelona’s garbage cans

  1. Entièrement d’accord avec ton article !
    Nous sommes allés pour la première fois de notre vie en Espagne en mars. A Barcelone. Et oui, ce qui nous a le plus choqué ce sont tous ces gens qui fouillent les poubelles, des jeunes, des vieux… ces gens qui se baladent avec leur caddies remplis de ferraille, de cartons etc …
    En lisant ton article, on comprend mieux. J’entends par « on » ceux qui comme moi n’ont aucune culture espagnole, que ce soit une culture scolaire, ou par les voyages ou lectures.

    • Oui, même si ceux qui cherchent la nourriture se cache (on les voit plutôt la nuit), je pense qu’on peut difficilement passer à côté des chercheurs de ferraille. Pour cet article, j’ai essayé de prendre quelques photos, mais c’est assez compliqué, il ne faut pas qu’on puisse les reconnaître et eux même sont très inquiets. Je ne souhaite pas rajouter un stress supplémentaire.
      Avant Barcelone, je ne voyais jamais ça et ici quand j’en parle à des espagnols, je semble la seule surprise.
      J’espère qu’à côté de cela, ton séjours à Barcelone t’a apporté et que tu as pu voir toute la beauté de Barcelone🙂

  2. Et bien ton article est complet ! Je me souviens quand je suis rentrée en France à Noël j’étais révoltée par l’état de déprime ambiant car il faut bien le dire la situation est bien plus grave en Espagne… C’est tellement dommage car c’est un pays attachant et qui a tant d’atouts !

    Aux USA j’ai été frappée par le phénomène des personnes âgées qui travaillent, ça se voit pas trop trop à NY mais en Floride c’était flagrant (que des vieux aux entrées des parcs d’attractions par exemple)

    Par contre les meubles dans la rue (ça se fait beaucoup aux US aussi) j’adhère ! Si quelqu’un peut les récupérer et en faire bon usage c’est bien !

    • Oui, ça paraît cliché mais la dernière fois que j’étais revenue j’avais aussi été surprise de l’ambiance déprime française et pour tout dire j’ai même un petit peur de revenir !
      C’est lié au (« non ») système de retraite américain tu penses ?
      C’est vrai que quand je commence quelque chose j’ai tendance à vouloir couvrir tout le sujet, ce qui me fais des romans à la place d’article… (et encore j’ai l’impression d’avoir fait court !) Ca se voit peut être peu, mais moi aussi j’adhère à la récupération des meubles. C’est bien implanté ici et il n’y a pas vraiment de risque de pluie qui détruirais tout ! En France, ça a plutôt tendance à rester beaucoup trop longtemps et être vu comme un moyen de contourner le passage à la déchetterie.
      Je suis aussi pour les mouvement dumpster/freegan etc. Quand on voit les quantités d’aliments que jettent les grandes enseignes, je préfère vraiment que ça serve à des gens. Dommage que certaines compagnies verse de l’eau de javel pour éviter ça.

      • Oui je pense que le système de retraite n’y est pas étranger mais il y aussi tout simplement le coût de la vie (quand tu vois qu’une crèche ça te coûte plus qu’une école de commerce en France…gloups)! Je ne suis pas particulièrement séduite par l’american way of life car pour bien vivre là-bas il faut beaucoup d’argent.

        Je trouve aussi dommage de gâcher de la nourriture… !

  3. A Rouen ça commence a se développé je vois de plus en plus de poubelle fouillé le phénomène est tel que la municipalité a décidée de changer les poubelles classiques par des poubelles a clés afin d’éviter les problème d’insalubrité ! trés bon article en passant toujours aussi fluide et drole a lire🙂 !

    • Merci pour le compliment🙂 Je ne souhaitais pas tomber dans le misérabilisme, « les poubelles, c’est le fun » ou l’encyclopédisme. Pour Rouen c’est dingue. « Problème d’insalubrité » : ça peut aussi très bien se passer. On m’avait souvent ressortit aussi l’histoire qu’une entreprise serait encore responsable de ses aliments lorsqu’elle les met à la poubelle, risque d’intoxication etc. Ca serait semble t-il faux. Il y a aussi de plus en plus de ville qui impose des amendes (Barcelone aussi d’ailleurs), c’est totalement absurde.

      • En fait ce serait merveilleux si ceux qui fouille les poubelle les respectaient car en fait ce qui pose problème c’est surtout qui vide le contenu des poubelles sur les routes sans rien ramassé derrière ! sinon dans un monde merveilleux je suis tout a fait d’accords avec toi donner des amande a ceux qui recycle et qui redonne vie a des bien c’est absurde🙂

  4. C’est un travail vraiment intéressant . Il m’a fait penser au film d Agnés Varda  » Les glaneurs et les glaneuses  » ; Ce sont des gens qui récupèrent des victuailles à la fin des marchés.

  5. Je comprends que cela puisse surprendre, car ici en Chine c’est un peu la meme chose, dans le sens ou tout ce recycle et que les gens font les poubelles. Sauf que nous il y a pas de recyclage donc c’est une facon de recycler. Ca m’a surpris lors de mon arrivee. En tout cas la vie ne doit pas etre facile pour ces gens.

  6. Pingback: Living Abroad: What if I went to Barcelona! | Arsène Lesueur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s